Hephaistos

Le dieu Héphaistos pour les Grecs, est le dieu du Feu mais également dieu de la forge et des forgerons. Il est le fils de Zeus et de la déesse Héra bien qu’on prétende qu’il a été engendré par Hèra seulement. Pour les Romains, il se nomme Vulcain. Il aurait eu beaucoup de succès avec les plus belles femmes comme Charis, la Grâce par excellence, Aglaé, la plus jeune des Charites. Il élut pour épouse Aphrodite qui le trompa secrètement avec Arès. Il fait partie des douze Olympiens.

La principale caractéristique de Héphaistos est qu’il est boiteux. Deux légendes parlent de cette infirmité de manières totalement différentes. La première raconte qu’il était boiteux de naissance et sa mère, par honte, le jeta du haut de l’Olympe. Thétis et Eurynomè le recueille et le garde durant neuf ans à l’intérieur d’une grotte sous-marine où il s’attela à la forge. Ainsi, il remercia ses bienfaitrices par la confection de divers objets utiles comme les bijoux. La deuxième légende explique son infirmité par le fait que Zeus le précipita du haut de l’Olympe, au cours d’une querelle où Héphaistos pris la partie de sa mère. Il tomba sur l’île de Lemnos où ses deux jambes se brisèrent.

Héphaistos serait laid en plus d’avoir un très mauvais caractère. Cependant, il est le maître du feu et il a dans ses mains une dextérité inégalée dans le travail des métaux. On lui attribuait des ouvrages de toute beauté comme la forge de la foudre de Zeus, le bouclier d’Achille, les cnémides et le bouclier d’Héraklès, les flèches pour l’arc d’Eros, la ceinture d’Aphrodite, le trident de Poséidon et même le trône de Zeus. Héphaistos se mit aussi à participer à la création de Pandore. Il s’occupa du façonnage du corps avec de l’argile, identique à celui des déesses immortelles.

Héphaistos fit l’objet de nombreuses autres légendes. Une des plus connues est celle où sa mère Héra lui demanda d’intervenir pour sauver Achille, harcelé par le dieu-fleuve Scamandre. Héphaistos se mit toute de suite à l’oeuvre pour brûler les rives du fleuve et pour dévorer le fleuve par ses feux. Le dieu-fleuve ne manqua pas de l’implore, pour lui prier : « Héphaïstos, aucun des dieux ne saurait te résister; non, je ne lutterai point contre tes flammes ardentes. Suspends ta fureur. »

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *